10%

De remise minimum
en reservant sur notre site

L'hôtel Belloy Saint-Germain
Paris & son histoire

L’hôtel Belloy Saint-Germain Paris, anciennement hôtel des Etrangers, était le lieu de rencontre et de débat des poètes Zutiques.

Comptant parmi ses membres des noms aussi illustres que Charles Cros, Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, André Gill, Ernest Cabaner ou Léon Valade, le cercle des poètes Zutiques représentait une pensée dissidente et dérangeante. 

Parodies, caricatures, poèmes et musiques animaient ces rencontres à l’hôtel des Etrangers. 

Réunis dans une pièce à l’entresol, les débats tardaient dans la nuit et ne s’arrêtaient qu’au lever du soleil.

Entre décembre 1870 et février 1871, Arthur Rimbaud vécut à l’entresol à l’hôtel Belloy Saint-Germain Paris. 

Ancré dans un quartier d’intellectuels avec la proximité de la Sorbonne et profondément marqué par la littérature, l’hôtel Belloy Saint-Germain Paris est l’incarnation du Paris des philosophes et des Lumières. 

Aujourd’hui, le quartier n’a rien perdu de son effervescence : touristes, écrivains, bouquinistes, sorbonnards défilent dans les rues animées et commerçantes. 

L’histoire s’immisce dans chaque lieu du quartier : la cathédrale Notre-Dame construite entre les 12ème et 14ème siècle, l’Ile de la Cité « la tête, le cœur et la moelle de Paris », la Sorbonne, fondée au 13ème siècle et icône du bouillonnement étudiant parisien, les fameuses librairies Gibert fondées en 1886 ou encore la librairie spécialisée dans la littérature anglophone Shakespeare&Co visitée par Ernest Hemingway, Ezra Pound, F. Scott Fitzgerald, Gertrude Stein ou encore James Joyce

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

 

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la nature, heureux comme avec une femme.

 

Arthur Rimbaud

- Mars 1870 -
Extrait de Poésies complètes, avec préface de Paul Verlaine, 1895